En Dordogne du 1er janvier au 31 août, il y a eu moins de morts sur les routes que l’an dernier, contrairement aux chiffres nationaux. 11 de moins exactement. Mais autant d’accident et plus de blessés hospitalisés.
 

11 morts de moins par rapport à 2018…

16 morts sur les routes de Dordogne depuis le 1er janvier dernier. C’est beaucoup trop, mais relativement peu si l’on compare à l’an dernier. En 2018 à la même période, où il y avait eu 27 morts.

… mais autant d’accidents, et plus de blessés hospitalisés

Une baisse conséquente qu’on pourrait penser due à la limitation aux 80 Km/h. Malheureusement rien n’est moins sûr car le nombre d’accidents, lui, ne diminue guère. Plus de 130 accrochages ayant fait 161 blessés dont 107 ont dû être hospitalisés, plus que l’an dernier.  

Radars, alcool, seniors

Et pour expliquer en partie du moins ces chiffres, les services de l’État ne manquent pas de pointer les nombreuses dégradations des radars. Autre bête noire de la sécurité routière, l’alcool et les drogues. Des taux d’alcoolémie anormaux ont été relevés dans 27 accidents et 7 décès. Pointés également les mauvaises conditions de santé (malaise au volant) ou/et la conduite des seniors. Pour ces derniers une journée d’information et une sensibilisation de leurs médecins de famille est prévue. L’absence de ceinture de sécurité serait aussi en cause dans une moindre mesure.

L’analyse de la Ligue contre la Violence Routière

Pendant plusieurs années, la Ligue contre la Violence Routière qui défend la limitation à 80 km/h a analysé le nombres d’accidents et de morts sur tous les départements de France.
Pour la Dordogne, il ressortait qu’entre 2006 et 2015, hors agglomération et autoroutes plus de la moitié des accidents mortels (55%) avaient eu lieu sur 11 voies, soit à peine 18% du réseau routier du département.

Les routes les plus accidentogènes

Sur la base de l’étude ci-dessus, une carte des routes accidentogènes avait été dressée

La Nationale 21 : axe le plus fréquenté du département, et logiquement le plus accidentogène, 39 morts sur une dizaine d’années.
La Départementale 936 entre Bergerac et Castillon-la-Bataille a été le théâtre de 13 morts sur la même période
Derrière viennent Les Départementale 939 entre Périgueux et Mareuil, 704 de Domme à Angoisse,  707 entre Lanouaille et Thiviers, 710, 6089, 709, 5, 708 et 3.

La carte élaborée par la Ligue contre la Violence Routière montre que moins de 20% des axes routiers du département ont connu plus de la moitié des accidents mortels / © Ligue contre la Violence Routière
La carte élaborée par la Ligue contre la Violence Routière montre que moins de 20% des axes routiers du département ont connu plus de la moitié des accidents mortels / © Ligue contre la Violence Routière

 

SOURCE