« Baisser la vitesse de 90 à 80 km/h a pour unique finalité de sauver des vies« , s’indigne la Sécurité routière en réaction au fait que « plusieurs médias rapportent que la mise en place de la mesure de la baisse de la vitesse de 90 à 80 km/h […] se traduirait par une forte hausse des infractions routières estimée à 400 millions d’euros« .

  • Dossier MNC : Toute l’actualité sur le passage aux 80 km/h le 1er juillet

Or ce gonflement logique des recettes à partir du 1er juillet ne serait – évidemment – pas l’objectif principal de cette mesure, qui vise – rappelons-le ! – à sauver « entre 300 et 400 vies par an« , calcule le gouvernement. Par ailleurs, souligne la Sécurité routière, cet excédent de 400 millions d’euros « n’est fondé sur aucune étude fiable« . Pas plus, finalement, que son estimation du nombre de vies sauvées grâce à l’abaissement de la vitesse sur le réseau secondaire…

L’organisme gouvernemental rappelle enfin que les recettes supplémentaires seront affectées « à un fonds d’investissement pour la modernisation des structures sanitaires et médico-sociales destinées à la prise en charge des accidentés de la route« . Une parade moyennement convaincante, car ce que l’Etat économise d’un côté il peut le dépenser ailleurs…

SOURCE