Les élus du département envisagent de relever la limitation de vitesse sur 450 kilomètres de route. Un assouplissement autorisé par le gouvernement, mais mal accueilli par l’association Prévention Routière.

Depuis le 1er janvier 2020, l’Etat autorise un assouplissement des règles sur la limitation de vitesse à 80 km/h. Une mesure qui, selon la Sécurité Routière, avait permis de sauver 116 vies dans les six premiers mois de son application.

En Charente, où le Conseil départemental était opposé dès le début à cette mesure, les élus envisagent de repasser à 90km/h près de 450 km de route.
Certains axes de contournement d’Angoulême pourraient bientôt repasser à une vitesse maximale de 90 km/h. C’est le souhait du Conseil départemental de Charente. Les élus estiment que certaines routes sont aujourd’hui suffisamment sécurisées. Le président, lui, souhaite accorder d’avantage de souplesse aux automobilistes.

Il est souvent compliqué pour des véhicules de doubler un camion, lorsque l’on roule à 80 km/h. Certains automobilistes sont même parfois obligés de freiner dans les descentes car ils n’arrivent pas à tenir les 80 km/h. C’est aussi pour cela que l’on souhaite réintroduire cette limitation de vitesse sur certaines routes de Charente.
– François Bonneau, président du Conseil départemental de Charente

En Charente, le président du conseil départemental a donc fait connaître son intention de rebasculer une partie du réseau départemental à 90 km/h, d’ici juin prochain (sous réserve de confirmation par le Département. Ce sont 450 km de voies, sur 5.000, qui seraient proposés au retour à 90km/h). Il doit à cet effet solliciter pour avis la Commission départementale de la sécurité routière (CDSR), présidée par la préfète de la Charente. Cette commission rend un avis simple, que le gestionnaire de voirie n’est pas tenu de suivre.

Depuis le début de l’année, les départements ont la possibilité de revenir sur la limitation à 80 km/h. En Charente 450 km de chaussée pourraient bientôt en bénéficier, sous réserve de répondre à certains critères.

Ces panneaux reviendront peut-être sur les routes de Charente. / © Christophe Guinot - France Télévisions
Ces panneaux reviendront peut-être sur les routes de Charente. / © Christophe Guinot – France Télévisions

Des règles qui ne plaisent pas à tout le monde

Cet assouplissement des règles est mal accueilli par l’association de la Prévention Routière. Elle souhaite le maintien des 80 km/h sur tout le réseau.

Quand un dispositif n’est pas uniforme sur le territoire, il est beaucoup moins lisible pour les automobilistes. On aurait pu aller jusqu’au bilan prévu en 2020, pour voir quelle est l’efficacité réelle sur le territoire.
– Adeline Depardon, directrice régionale Nouvelle-Aquitaine de la Prévention Routière

Efficacité ou pas, les panneaux indiquant une vitesse autorisée maximale de 90 km/h pourraient donc reprendre du service d’ici fin juin.
C’est maintenant à la Commission départementale de sécurité routière d’en décider. Réponse dans les semaines à venir.
 

Et dans les autres départements ?

Comme la Charente, le département des Deux-Sèvres va relever la limitation de vitesse sur une partie de son réseau. Pour l’instant, pas plus de précision. Le département doit prochainement dévoiler ses choix.
Dans la Vienne, le président Bruno Belin veut d’abord privilégier le dialogue. Il a engagé une consultation auprès des maires qui sont partagés sur la question.
Peu de routes devraient, finalement, voir la limitation de vitesse relevée à 90 km/h. Les contraintes sont trop importantes, nous précisent les services départementaux.
En Charente-Maritime, pas de décisions pour l’instant. Le département annonce néanmoins la couleur. Il n’a pas l’intention de relever massivement la vitesse de circulation sur ses routes.
Des études sont en cours sur toutes les routes du territoire du Poitou-Charentes, notamment sur la base des études d’accidentologie. Les choix seront arrêtés avec les services de l’Etat. Une probable décision est attendue avant l’été.
 

SOURCE