L’assureur moto AMV offre 800 protections dorsales sur son stand du Mondial de la Moto à Paris jusqu’au 14 octobre 2018. Objectif : « aider à faire passer le port de la dorsale dans la culture, comme le casque l’est devenu en ski« .

  • Dossier spécial MNC : Assurance moto
  • Dossier spécial MNC : Equipement moto
  • Dossier spécial MNC : Sécurité routière
  • Dossier spécial MNC : Mondial de la Moto

Sur chaque contrat d’assurance signé sur le stand AMV pendant le salon de Paris (stand 50, hall 3), « 10 euros seront reversés à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM)« , explique l’assureur qui s’engagera également en 2019 aux côtés de l’association Handi Free Riders (HFR), qui développe la pratique moto sur circuit pour pilotes paraplégiques.

800 dorsales offertes

AMV soutient également le team LMD fondé par le champion olympique de saut à la perche Renaud Lavillénie avec Stéphane Mézard et David Dumain pour « favoriser l’éclosion de jeunes pilotes, former à la conduite sur circuit et œuvrer pour la sécurité routière à deux-roues« .

« Rouler à deux-roues, c’est faire le choix d’une certaine forme de liberté mais c’est aussi s’exposer à un risque de choc corporel dont les conséquences peuvent être extrêmement lourdes« , rappelle Franck Allard, président fondateur d’AMV. « Je ne crois pas que la liberté doive être à ce prix. Depuis 45 ans, chez AMV, nous nous engageons pour que la moto puisse se pratiquer sur tous les terrains et dans de bonnes conditions. Je crois qu’il est aujourd’hui de notre responsabilité de favoriser une prise de conscience collective sur la nécessité du port des équipements de sécurité, et notamment de la dorsale, pour que, progressivement, cela devienne un automatisme pour chaque personne qui roule en deux-roues. A titre personnel, j’ai toujours été très sensible à l’action du professeur Saillant et de l’ICM et je suis fier de pouvoir les soutenir aujourd’hui« .

« Il a fallu attendre l’accident de Michael Schumacher »…

Pour favoriser le port de la dorsale, n’aurait-il pas été plus efficace d’accorder une remise sur leur prime d’assurance aux motards pouvant justifier de l’achat d’une telle protection ? Interrogée par le Journal moto du Net, la porte-parole d’AMV souligne qu’il « ne s’agit pas seulement d’acheter une dorsale mais bien de la porter au quotidien, y compris pour les plus courts ou habituels des trajets« .

« Nous pourrons envisager de baisser les tarifs le jour où le port massif de la dorsale par les assurés permettra de générer un impact positif sur les dommages corporels« , conclut Audrey Pujol en rappelant qu’en ski, « il a fallu attendre l’accident de Michael Schumacher pour provoquer une prise de conscience générale et que l’on n’envisage plus de skier sans casque. Il faudrait que les conducteurs et les passagers de deux-roues prennent conscience que la dorsale est un outil de protection dont ils ne peuvent pas se passer avant d’enfourcher leur machine« .

SOURCE